La SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) est une alternative très simple, qui permet d’investir dans des bureaux ou des commerces difficilement accessibles en direct aux particuliers. En réalité, nombreux sont ces investisseurs qui n’arrivent pas à déterminer la valeur de retrait après avoir investi. Vous faites partie de ce type de personnes ? Vous souhaitez connaître la valeur de retrait d’une SCPI ? Découvrez ici toutes les informations importantes que vous devez avoir sur le sujet.

Comment se détermine la valeur de retrait dans une SCPI ?

La valeur de retrait scpi constitue la rentabilité des investissements issue de la revente d’une part de la Société Civile de Placement Immobilier. Elle représente aussi le bénéfice (en cas de gain) ou la perte (en cas de perte) générée par un placement. La valeur de retrait dans une scpi est obtenue par la différence entre deux valeurs. Vous avez d’un côté le prix d’acquisition. Il s’agit du montant de souscription payé par l’investisseur pour acquérir chaque titre. Ensuite, vous avez les frais de souscription (ou frais d’entrée). Ils représentent les frais engagés par l’investisseur lors de l’acquisition des titres. Ils sont fixés par le gestionnaire du patrimoine qui propose le produit financier.

Lorsque la scpi est à haut rendement, la valeur du titre de la société est économiquement élevée. Par conséquent, la valeur de retrait serait bien sûr très satisfaisante. Par ailleurs, la valeur de retrait d’une scpi n’est pas un montant fixe connu d’avance. Pour sa détermination, il conviendra de prendre connaissance du montant d’acquisition d’un titre, ainsi que celui des frais d’entrée fixés par le gestionnaire.

Quels sont les facteurs de variation de la valeur de retrait d’une SCPI ?

La valeur de retrait d’une scpi varie selon que cette dernière soit à capital fixe ou à capital variable. En effet, le coût d’un actif (fongible) varie en fonction de l’offre et de la demande sur le marché. De ce fait, la valeur de retrait issu de la revente d’une part peut dépendre directement du prix d’acquisition des titres. Les conditions de revente quant à elles diffèrent selon le type de la scpi.

La SCPI à capital fixe

Lorsque la scpi est à capital fixe, de nouvelles parts sont mises en vente uniquement si le gérant procède à une augmentation de capital. Dans ce cas précis, les titres sont échangés de gré à gré. Par conséquent, la valeur de retrait dépendra du marché secondaire. C’est-à-dire de l’offre et la demande au cours de la vente de ces nouvelles parts.

La SCPI à capital variable

Lorsque la scpi est par contre à capital variable, les titres peuvent être émis à tout moment. Il n’est pas nécessaire d’atteindre une augmentation de capital. Cependant, il est beaucoup plus difficile de revendre les parts compte tenu de l’absence de marché secondaire. Dans ces conditions, il est possible qu’une part soit vendue à un prix inférieur à la valeur de retrait.

Notez que même si le prix de souscription et de revente d’une part est fixé par la société, ils ne doivent pas s’écarter de plus de 10 % de la valeur de retrait. Ceci, d’après l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).